Se couper de ses émotions

Se couper de ses émotions
Se couper de ses émotions

Se couper de l’émotion, c’est se couper de soi-même

Bon nombre d’entre nous n’avons pas appris à être à l’écoute de la vie émotionnelle et la plupart avons développé des mécanismes nous permettant de réprimer partiellement ou totalement certaines ou toutes nos émotions.

Parmi ces mécanismes, nous retrouvons le refoulement; la fuite dans le travail, la drogue, l’alcool, les sports, la TV, le sommeil; la compulsion dans la nourriture, le sexe, le jeu; le contrôle; la rationalisation et bien d’autres. Nous avons développé ces mécanismes pour nous protéger de la souffrance, de la peur, de l’inconfort.

Réprimer ses émotions

La répression des émotions peut amener à l’angoisse, la culpabilité, les tensions, l’anxiété, la dépression, le burn-out, les crises de panique, les phobies, les maladies psychosomatiques.

La qualité de notre vie repose en partie sur notre capacité à ressentir nos émotions et à utiliser l’information qu’elles nous fournissent sur la satisfaction de nos besoins.

Nous pouvons réapprendre à les ressentir, les identifier et décoder le message qu’elles nous envoient. Il est alors possible d’utiliser ce message vers une action nous permettant la satisfaction de nos besoins afin de créer sa vie au lieu de la subir. Elles nous permettent de faire des choix qui tiennent compte de l’ensemble de notre personne.

Apprivoiser ses émotions, c’est s’assurer des alliées dans la construction de soi et de sa vie.

Source : Coop Santé Globale